Pièces sur mesure avec
traitements de surface
via la Fabrication en Ligne

L'approvisionnement de pointe des pièces sur mesure


Commander des pièces CNC avec traitement de surface

Chez FACTUREE, vos pièces CNC avec quasiment tous les traitements de surface possibles sont livrées rapidement par un seul prestataire.

Notre large réseau comprend un grand nombre d’entreprises de fabrication pouvant exécuter sur place directement après l’usinage CNC tous les traitements de surface usuels. Nous travaillons également avec plusieurs entreprises spécialisées en galvanoplastie afin de pouvoir proposer à nos clients aussi des techniques de traitement de surface moins demandées sans délais de livraison trop rallongés.

Grâce à un traitement complet de vos pièces tournées, y compris la finition de surface, vous n'aurez pas à chercher une entreprise supplémentaire avec des capacités libres et un effort logistique additionnel. En outre, nous restons votre seul partenaire contractuel tout au long du processus de fabrication et assumons la responsabilité de la qualité parfaite des traitements de surface.

Nous proposons les traitements de surface suivants (et plus encore) :

Galvanoplastie

Dans le domaine des techniques de traitement de surface, l'anodisation fait référence à un groupe de procédés de revêtement dans lesquels des couches d'oxyde sont produites ou renforcées par électrolyse sur des objets métalliques. Lors de l’anodisation, le métal est plongé dans une solution électrolyte (par ex. de l’acide sulfurique) où il joue le rôle d'anode (pôle positif). Sous l’effet du courant électrique se forme à la surface de la pièce une couche d’oxyde, dont l'épaisseur peut varier en fonction de l'intensité de la tension. Le procédé le plus répandu est l'éloxage (oxydation électrolytique) de l’aluminium.

L'anodisation dure, également appelée revêtement dur, est une oxydation électrolytique de matériaux en aluminium en vue de créer des couches protectrices à la surface. Celles-ci font office de couches de protection contre l’usure et/ou la corrosion, présentent de bonnes propriétés tribologiques et, en fonction de la pièce opposée, de très bonnes propriétés de glissement, qui peuvent être encore améliorées par l'imprégnation de PTFE.

Pour créer une couche de protection contre la corrosion sur des surfaces ferreuses, les pièces sont immergées dans des bains avec des solutions acides ou alcalines ou des sels fondus lors du brunissage galvanique. Grâce à ce procédé, une couche d’oxyde, d’une épaisseur d’environ 1 µm et d’une couleur noir foncé typique se forme à la surface. Ce revêtement de faible épaisseur permet de ne quasiment pas affecter la précision dimensionnelle des pièces par le traitement. En raison de cette propriété et de sa faible charge thermique, le brunissage galvanique est un des procédés les plus fréquemment utilisés dans la construction de machines et d’outils.

Dans le domaine des techniques de traitement de surface, la passivation est la formation spontanée ou la création ciblée d'une couche protectrice sur un matériau métallique qui empêche ou ralentit fortement la corrosion du matériau de base. La passivation ne consiste pas en un seul procédé mais différentes techniques de traitement de surface telles que la chromatation lui sont attribuées.

La phosphatation est un procédé largement répandu dans le domaine des techniques de traitement de surface. Une couche dite de conversion composée de phosphates métalliques fortement adhérents est formée par des réactions chimiques entre des surfaces métalliques et des solutions aqueuses de phosphate. La phosphatation s’applique majoritairement à l’acier, mais peut aussi être utilisée pour des aciers zingués ou cadmiés et l’aluminium. Les principaux domaines d’utilisation sont la protection contre la corrosion, la création d’adhérence, la diminution des frottements et de l’usure ainsi que l’isolation électrique. La phosphatation est également connue sous diverses appellations labellisées telles que la bondérisation, l’atramentisation ou la parkérisation.

Nickelage est le terme général regroupant différents procédés visant à générer un revêtement en nickel sur des objets majoritairement métalliques. En raison de ses propriétés particulières, le nickel est particulièrement bien approprié pour de nombreuses applications en tant que métal de revêtement. Le nickel résiste à l'air, à l'eau, aux acides dilués et à la plupart des solutions alcalines, mais pas à l'acide nitrique ni à l'acide chlorhydrique concentré ni à l'ammoniaque.

Le zingage vise à revêtir l’acier d’une fine couche de zinc pour le protéger de la corrosion. En tant que revêtement métallique, le zinc offre non seulement un effet de blindage, mais aussi une protection active contre la corrosion en agissant comme une anode sacrificielle par rapport au fer plus noble (voir la série électrochimique des tensions). L’effet cathodique du revêtement en zinc empêche la corrosion du fer jusqu’à une distance d’environ 5 mm de sorte que même les zones défectueuses dans la couche de zinc et les arêtes de découpe nues sont protégées. Cependant, la corrosion bimétallique qui en résulte accélère l'élimination de la couche de zinc contiguë.

Traitements thermiques

Le durcissement des matériaux ferreux (acier et fonte) est une augmentation de leur résistance mécanique par une modification et une transformation spécifiques de leur structure. Il peut s’effectuer par un traitement thermique suivi d’une trempe (refroidissement brusque). Si un métal est soumis à une déformation plastique, des dislocations se propagent dans la pièce. Pour augmenter ensuite la solidité de celle-ci, des mesures doivent être prises pour empêcher le déplacement des dislocations.

Le traitement de trempe et de revenu décrit le traitement thermique combiné de métaux, consistant en une trempe suivie d'un revenu. On parle généralement ici d’acier, mais ce type de formation et de modification thermiques de la structure est également courant pour les métaux non ferreux tels que les alliages de titane.

Le durcissement de surface, également appelé trempe de la couche superficielle, est une méthode par laquelle la couche extérieure des composants métalliques peut être durcie. Selon la norme DIN 10052, le terme de trempe de la couche superficielle ne comprend cependant que les procédés, au cours desquels la couche superficielle est austénitisée : trempe à la flamme, trempe par induction, trempe par faisceau laser et trempe par faisceau d’électrons. Lors de l'austénitisation, une transformation structurelle a lieu, au cours de laquelle l’acier est chauffé jusqu'à la plage austénitique.

La nitruration consiste à incorporer de l’azote dans la couche superficielle d'un acier (apport d'azote analogue à l'apport de carbone lors de la carburation) et constitue un processus de durcissement de l'acier. Il est classé parmi les procédés de fabrication « modifiant les propriétés des substances ». Le terme de nitruration, couramment utilisé dans le domaine technique, ne doit pas être confondu avec le terme « nitration » utilisé en chimie pour décrire les procédés qui conduisent à des nitrates ou des composés nitrés, alors que dans le processus décrit ici, les nitrures se forment à l’intérieur des matériaux.

Procédés mécaniques

Le marquage laser est l'inscription ou le marquage d'objets au moyen d'un puissant faisceau laser. Contrairement à l'impression laser, qui recourt à un faible faisceau laser pour contrôler uniquement l'application du pigment sur le matériau imprimé, dans le marquage laser, c’est le matériau marqué lui-même qui est modifié. Le processus et l'apport énergétique dépendent donc du matériau. Les inscriptions au laser sont résistantes à l'eau et aux taches et sont très durables. Elles peuvent être produites rapidement, de manière automatisée et individuelle, c’est pourquoi le procédé est fréquemment utilisé pour numéroter des pièces.

Le polissage est un processus d'usinage de matériaux divers. Le grain contenu dans la pâte de polissage attaque mécaniquement l’intérieur de la surface. Il permet ainsi d’égaliser et d’aplanir les aspérités, les sillons et les rainures.

Le polissage du vernis automobile requiert une surface aussi lisse que possible. La lumière incidente est ainsi réfléchie de manière uniforme, ce qui est perçu par l'œil comme une haute brillance. Dans le polissage industriel du laiton par ex., le polissage sert à produire des surfaces aussi régulières que possible afin que la pièce soit préparée de manière optimale pour les procédés qui suivront comme la galvanoplastie.

La rectification est un procédé de fabrication par enlèvement de copeaux connu depuis l'Antiquité pour l'usinage fin et la finition des pièces. Il s’effectue manuellement ou à l’aide de rectifieuses. Comme pour tous les procédés par enlèvement de copeaux, l’excédent de matière est retiré sous la forme de copeaux. Les arêtes des cristaux minéraux durs de taille microscopique de l'outil de rectification servent de tranchants. Dans l'Antiquité, les outils de rectification étaient constitués de types de pierre appropriés, comme le grès dur. Aujourd’hui, les outils de rectification sont généralement fabriqués de manière industrielle par association d’un matériau minéral en vrac tel que le corindon à un agent liant pour former des meules, des pierres ou des bandes de rectification. La rectification ainsi que le rodage à la pierre sont considérés comme des procédés d’enlèvement de copeaux à l’aide d’un grain lié, tandis que le rodage à la poudre abrasive et la tribofinition impliquent un grain libre. Comme le nombre de grains en prise est aussi inconnu que leur géométrie ou leur position par rapport à la pièce, la rectification ainsi que le rodage à la pierre et le rodage à la poudre sont considérés comme un enlèvement de copeaux avec une arête de coupe géométriquement indéfinie. Cependant, on sait que la plupart des grains ont un angle de coupe négatif. Les copeaux produits lors de la rectification en tant que sous-produits ou déchets sont appelés poussière de meulage.

On entend par le terme courant de sablage (anglais sandblasting, abrasive blasting) et le terme technique général de sablage à l'air comprimé avec agent de sablage solide, le traitement de surface d'un matériau ou d'une pièce (objet à sabler) par l'action d'une grenaille, par ex. du sable en tant qu’abrasif, contre la rouille, la salissure, la peinture, la calamine et autres impuretés ou pour la modélisation de surface par matage.

La projection de billes de verre est un traitement de surface mécanique très similaire au sablage. Cependant, avec ce procédé, de très petites billes de verre sont utilisées à la place des grains de sable, ce qui entraîne une rugosité moins importante du matériau. La projection de billes de verre est un procédé privilégié pour lisser et compacter les surfaces.